1. Les étapes de la fabrication du Rhum
  2. Elevage et mise en bouteille du Rhum
  3. Dégustation du Rhum
  4. Les pays producteurs de Rhum
  • Rhums d’Amérique du sud (page 1 & 2 )
  • Rhums des Océans Indien & Pacifique (page 2)
  • Rhums d'Amérique Centrale (page 2 & 3) 
  • Rhums des Caraïbes (page 3, 4, 5 & 6)
  • Verres à dégustation & verres publicitaires
 

Les étapes de la fabrication du Rhum

Comment obtient-on du Rhum ???

Voici comment on obtient cette merveilleuse eau de vie de cannes à sucre.
Allez, c’est partit :
Tout commence par le brûlage et la coupe des cannes qui se déroulent entre janvier et juillet.

 

-Le brûlage :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette méthode permet deux choses :

§  – Eliminer les serpents* (trigonocéphales) qui sont présents dans les champs de canne à sucre (Méthode de moins en moins exercée, du fait qu’elle perd de sa saveur et de sa richesse).

*Sauf en Guadeloupe où il n’y en n’a pas.

 

§  – Préparer la canne avant la coupe : le feu permet d’éliminer les feuilles sur la tige et donc d’éviter « l’épluchage de la canne » et d’alléger le transport des cannes à la distillerie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-La coupe :

 

La canne est coupée avec un « coupe-coupe » au plus près du sol, soit à la main, soit à la machine. Une fois les cannes coupées, elles sont transportées dans les meilleurs délais à la distillerie. Elles seront stockées dans la cour à canne, puis lavées avant d’être broyées.

 

 

-Extraction du jus :
La canne est ensuite broyée dans des moulins mécaniques.

 

Le jus de canne à la sortie du dernier moulin possède encore beaucoup de substances en suspension (bagasse, fibres, bactéries, levures,…).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-La fermentation :
Le jus de canne obtenu est filtré puis est rapidement ajouté à des levures (car il y a un fort risque de développement de fermentations secondaires, donnant un goût de moisi ou de bois vert au moût).

 

Il y restera pendant environ 24 à 36 heures dans de grandes cuves.
On obtient alors du jus de canne fermenté appelé : 
Vesou ou vin de canne.

 

Distillation du vesou

 

Origines de la distillation

La distillation est bien antérieure au rhum agricole et semble connue depuis environ le 3ème ou 4ème millénaire avant Jesus-Christ. Cette origine, soumise à caution se situerait en Mésopotamie ou au Pakistan. Il s'agissait de distillation d'huiles essentielles (eau de rose, ...) et non de distillation alcoolique. La distillation s'effectuait avec des appareils tels que celui illustré ci.

La solution aqueuse était chauffée et les petites gouttes formées par la condensation sur le couvercle ruisselaient vers la rigole en pourtour. Le contenu du récipient principal devenait ainsi de plus en plus concentré.

La recherche de la pierre philosophale conduit les alchimistes à pousser l'art de la distillation avec les premières production de "aqua vitae" ou eau de vie (censée apporter la longévité) . Dès l'an mil Abulcasis (Khalaf ibn Abbas Al-Zahrawi) chirurgien arabe de Cordoue distille du vin puis au 12ème siècle les occidentaux perfectionnent le procédé. L'alcool est produit en de très petites quantités et est à destination uniquement médicale. 
Il faut attendre le 15ème siècle pour que se développe le commerce d'alccol non médical avec notamment en 1411 la vente attestée en Gascogne d'aygardent (eau ardente). Cette industrie ne se développe cependant qu'à partir du 17ème siècle avec les whiskies, vodka et cognac.

 

Principe de la distillation alcoolique

La distillation a pour but de séparer les constituants d'un gaz, d'un liquide. Dans le cas du rhum agricole, il s'agit de distillation alcoolique, le but étant de séparer l'alcool de l'eau. Cette séparation s'effectue par chauffage et s'appuie sur les différences de températures d'ébullition de l'éthanol 78,4°C et de l'eau 100°C. Les vapeurs d'alcool s'échappent en premier et le refroidissement de ces vapeurs permet de récupérer un liquide beaucoup plus concentré que celui d'origine. 
Le liquide à distiller ne contenant pas uniquement de l'alcool et de l'eau, le liquide obtenu contient tout ou partie de ces autres éléments. Certains sont non désirables comme le méthanol, d'autres vivement recherchés comme les composés aromatiques. Dans le cas du rhum agricole, ces aromatiques sont spécifiques à la distillerie, aux champs où ont poussé les cannes, bref du terroir. C'est cette spécificité du terroir qui rend chaque rhum agricole différent au contrario des rhums industriels aux productions plus "calibrées".

 

 

Alambics

 

 

 

 

 

 

 

Illustration d'alambic, adaptée d'une illustration wikipedia
(a) la chaudière où se trouvent les liquides à distiller. Elle est chauffée directement ou par bain Marie;
(b) le chapiteau qui recouvre la chaudière;
(c) le col de cygne conduisant les vapeurs vers le condenseur ;
(d) le condenseur dans lequel les vapeurs se condensent par l'effet du refroidissement dû à la circulation d'eau froide.

Les premiers alambics modernes sont dus à Albucasis. Ces appareils permettent par un refroidissement rapide des vapeurs de récupérer les vapeurs d'alcool sous forme liquide.

 

Ces premiers appareils ne permettent pas de séparer les esters de l'alcool. Ces esters étant responsables de mauvais goûts, les premiers alcools sont fortement aromatisés (anis, genièvre, ...). Un perfectionnement intervient avec les alambics à repasse ou le fruit d'une première distillation est réchaufé puis réintroduit pour une seconde distillation. Ces deux distillations permettent de séparer le coeur (alcool) de la tête (esters) et de la queue (eau). L'exemple le plus connu de ce type d'alambic est l'alambic charantais :

 

 

 

 

 

 

 

 

Illustration d'alambic charentais,
Rhum, eaux de vie de canne D Kervegant - 1946

 

Au cours du 19ème siècle la technique de distillation du rhum s'affine avec notamment l'introduction des alambics à double cornue. Ces alambics proviennent des antilles anglophones dont la qualité de rhum surpasse très nettement ceux des antilles francophones. Ces appareils sont adaptés et prennent le nom d'alambic Père Labat, bien que ce dernier n'ai jamais imaginé un tel alambic et se soit éteint plus d'un siècle auparavant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alambic Père Labat,
Rhum, eaux de vie de canne D Kervegant - 1946

 

 

Introduction de la distillation continue

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Appareil continu - Modele Barbet
Rhum, eaux de vie de canne D Kervegant - 1946

A partir de la seconde moitié du 19ème siècle de nouveaux appareils apparaissent en Martinique. Ils sont adaptés des appareils à distiller l'alcool de betterave qui concurrence le rhum (agricole ou non) produit de la canne à sucre dans les antilles. 
Ce sont des appareils à distillation continue. Cette distillation est dite continue car il n'est pas nécessaire de repasser le liquide en distillation, le liquide passe et repasse dans la colonne autant qu'il est nécessaire pour en extraire l'alcool. 
Ces appareils ont un bien meilleur rendement énergétique, permettent de traiter de grandes capacités en un temps très court, ce qui est primordial sous des climats, où la matière première, le 
vesou, peut rapidement tourner. Par contre le produit des premières colonnes est de qualité médiocre, il est très difficile de séparer les non alcools volatils au mauvais goût des composants aromatiques qui font la renommée du rhum agricole. De plus la courte exposition du vesou à la chaleur ne permettait pas la formation de certains esters lourds, à l'origine du bouquet du rhum agricole. 
Les colonnes ont donc été adaptées aux spécificités du rhum agricole en élargissant les plateaux pour augmenter le temps d'exposition à la chaleur du 
vesou, en réduisant le nombre de plateaux de concentration pour laisser passer ces fameux esters lourds. 
La colonne à distiller créole, indissociable du rhum agricole, était née.

 

Fonctionnement de la distillation continue

Les colonnes à distiller en continues sont constituées de plateaux. Chaque plateau constitue un "étage" de la colonne où le liquide descendant rencontre les vapeurs qui montent. Au contact du liquide, les vapeurs s'enrichissent en alcool et principes aromatiques.
La colonne est divisée en deux zones :

·         Les plateaux d'épuisement, situés en bas.

 

·         Les plateaux de concentration. Cette zone se situe au dessus de la zone d'épuisement


A: injection de vapeur
B: Sortie des vinasses
C: injection du 
vesou fermenté
D: injection du reflux 
E: sortie du distillat
F: chauffe vin qui condense le distillat[E] en réchauffant le 
vesou[C] et le reflux [D].
La zone d'épuisement se situe entre B à C, la zone de concentration entre C et E.

 

 

 

 La zone d'épuisement reçoit en sa partie basse la vapeur d'eau issue de la chaudière et en partie haute le vesou à distiller. Cette vapeur monte à travers les plateaux et barbotte dans le vesou qui descend. En barbottant, il épuise en alcool et principes aromatiques le vesou. En partie basse, le liquide épuisé sort de la colonne. Ce liquide résiduel est appelé vinasse et contient typiquement 2 à 3° d'alcool.
La zone de concentration est traversée par la vapeur qui est issue de la zone d'épuisement, enrichie en alcool et principes aromatiques. Cette vapeur s'echappe en partie haute pour être refroidie.
Une fraction du liquide refroidi est réinjecté dans la zone de concentration. Ce reflux est constitué des composés les plus lourds issus du refroidissement donc des composés aromatiques. Cette réinjection de composés lourds permet d'éliminer certains mauvais goûts du liquide obtenu : le rhum.
Certaines installations réduisent cette réinjection. Elles nécessitent donc une plus grande maîtrise de la fermentation afin de ne pas générer que des composés lourds aromatiques. Il est à noter que ce sont ces mêmes composés lourds qui étaient responsables du goût inférieur des rhums français par rapport aux rhums anglais au XVIIème siècle.

 

Spécificités AOC de la distillation

Les contraintes introduites par le réglement "rhum agricole AOC Martinique" sur ces colonnes sont les suivantes :

·         le chauffage uniquement par injection de vapeur

·         les diamètres dans la partie épuisement compris entre 0,7 et 2 mètres

·         concentration réalisée par 5 à 9 plateaux en cuivre

·         épuisement réalisé par au moins 15 plateaux en inox ou en cuivre

·         rétrogradation réalisée par un ou plusieurs chauffe-vins ou condenseurs à eau en cuivre

 

La rectification (deuxième distillation visant à pousser la concentration en alcool) est interdite.

En outre, le titre alcoolique doit être compris entre 65° et 75° en sortie de la colonne à distiller pour respecter les exigences du cahier des charges de l'AOC rhum agricole Martinique.

 

Ces règles ont été édictées afin de permettre de prendre en compte l'intégralité des colonnes distillant du rhum agricole en Martinique et ne constituent donc pas un facteur discriminant sur les colonnes existantes. Elles permettent par contre de garantir une continuité dans la typicité et la qualité du rhum produit dans des colonnes à venir.

 

Elevage du rhum et

mise en bouteilles

Le rhum titrant 70° est coupé avec de l'eau afin de le ramener à des concentrations plus compatibles avec une consommation humaine (40° à 55° en général)

 

Maturation et coupage

A la sortie de la distillation le rhum titre environ 70°. Il est donc impropre à la consommation (tout au moins pour le commun des mortels) et même dilué ses bouquets ne s'expriment pas encore. Il est donc mis en cuve (inox ou bois) pendant quelques mois (au moins trois mois selon le réglement AOC). 
On dit que le rhum s'arrondit, son bouquet se développe.

Les étapes de distillation sont nécessairement conduites par une distillerie fumante. Les étapes de maturation en cuve ou en fûts peuvent être réalisées par des éleveurs qui impriment au rhum leur marque de fabrique par leurs techniques de maturation.

Rhum blanc

Selon le règlement AOC, le rhum blanc doit avoir été stocké au moins trois mois et au maximum trois mois si le stockage se fait en fût de bois. Il ne doit également présenter aucune coloration. Pour la commercialisation il est ramené aux degrés de commercialisation qui varient de 40 à 62° (les plus courants étant 55°, 50° et 40°) avec de l’eau de source. 
Il est alors prêt pour une commercialisation en tant que rhum agricole "blanc".

 

Vieillissement en fûts

Le rhum peut également séjourner un peu plus longtemps en fûts de chêne et au bout de quelques mois supplémentaires (pour une durée totale d'au moins un an selon le reglement AOC) on obtient le rhum "paille". Ce rhum est aussi parfois appelé rhum "ambré" bien que chez certains producteurs la dénomination "ambré" désigne un rhum ayant vielli 18 ou 24 mois (24 mois pour le rhum Depaz par exemple).

Le séjour peut aussi durer plus de trois ans pour obtenir l'appellation rhum agricole "vieux" selon l'AOC. Dans ce cas les fûts de chêne sont d'une capacité inférieure à 650 litres.

 

Embouteillage

Pour les rhums "paille", "ambré" et "vieux" l'embouteillage a en général lieu sur place ou à proximité. Ainsi l'ancienne distillerie Dillon située dans les faubourgs de Fort-de-France ne distille plus depuis la fin de la campagne rhumière 2006. Elle n'assure désormais plus que l'embouteillage des rhums Dillon, Depaz & Saint James, tandis que le rhum Dillon proprement dit est élaboré au sein des distilleries Depaz et Saint-James.

 

Le rhum blanc non destiné au marché local est souvent expédié en grandes quantité et mis en bouteille en métropole afin d'économiser les frais de transport. Ainsi le rhum blanc Saint James porte le code emballeur "94018 A" ce qui situe son embouteillage à Charenton-le-Pont, probablement dans les locaux de l'ancienne distillerie Cusenier.

 -L’Élevage du rhum agricole :

Deux choix s’offrent à la rhumerie :
– Rhum blanc : maturation en cuve inox pendant plusieurs mois.  Puis on le coupe avec de l’eau pour le ramener à un degré de commercialisation entre 40 et 62%. Ce rhum peut se consommer en ti punch (sucre et citron) ou en planteur (jus de fruit).
– Rhum vieux : un vieillissement en fût de chêne est effectué pendant plusieurs années, selon le résultat souhaité par les maîtres de chais. Le climat tropical accélère le processus de vieillissement du rhum. C’est pourquoi, certaines maisons stocks même leurs fûts au soleil dans des conteneurs ce qui accélère grandement l’extraction des arômes . Cette méthode permet au rhum de vieillir deux à trois fois plus vite qu’un cognac ou qu’un whisky !
« On peut donc dire qu’un rhum vieux de 8 ans d’âge équivaut à un whisky ou un cognac de 18/20 ans d’âge ».

 

Le rhum acquiert ainsi ce velouté, enrichi des arômes de caramel, vanille, boisé, toastés, amandes grillées, chocolat, épices, café,… en fonction de l’essence de bois et de l’histoire des fûts. Ils finissent leurs vieillissements dans un chai de foudres pour avoir l’appellation « Rhum vieux » : trois ans minimum.

La dégustation

 

 

Comment déguster un rhum?

 

Chacun aura probablement sa propre méthode de dégustation, et cette page n’a pas pour but de changer vos habitudes, mais simplement de donner des pistes à ceux qui se poseraient la question.

Cela pourrait paraître logique mais la meilleure façon de commencer est de jeter un œil à votre bouteille et de lire les informations qui y figurent.  C’est là que le voyage commence… Vous apprendrez ainsi, en plus de la provenance du rhum, son âge, sa force, et vous pourrez déjà y découvrir un aperçu des notes aromatiques que vous retrouverez à la dégustation. N’hésitez pas à poursuivre plus tard des recherches sur internet pour approfondir si vous le souhaitez…

Une fois imprégné de l’histoire de votre bouteille, vous n’êtes déjà plus étranger au rhum que vous allez goûter, et vous n’aurez plus qu’une seule envie : l’ouvrir 

 

Regardez-Le


[la première étape de la dégustation est ‘visuelle’ et vous permettra d’apprécier la robe du rhum : sa couleur, sa limpidité, et sa fluidité]

Une fois le précieux liquide dans le verre, portez-le à la lumière pour apprécier sa robe (c’est à dire sa couleur et sa limpidité) : les rhums vieux auront une robe dorée ou acajou, résultat de leur vieillissement en fût de chêne. La couleur du rhum vous donnera aussi une indication sur son goût : un rhum clair aura tendance à être sec alors qu’une robe foncée sera plus riche et aromatique. Les rhums vieux doivent être brillants et vous devez voir au travers ; autre signe d’un vieillissement avancé : une légère teinte verte peut être distinguée au-dessus du précieux liquide (on parle de disque).

 

Le verre que vous utilisez peut lui aussi avoir une importance non négligeable: préférez un verre avec une belle surface d’ouverture pour une bonne oxygénation, et une cheminée rétrécie qui permettra à l’alcool de ne pas vous brûler le nez ; Vous trouverez assez facilement de tels verres chez votre caviste ou en magasin ; ils sont généralement utilisés pour la dégustation de whisky. Après plusieurs essais ma préférence va au verre ‘tulipe’, parfait pour une bonne dégustation. Sinon un verre à vin peut très bien faire l’affaire pour un début.

[exemples de verres / note : certaines personnes posent une sorte de couvercle sur le verre, afin d’emprisonner les arômes à l’intérieur pour les concentrer.]

 

Sentez-Le


[la deuxième étape de la dégustation est ‘olfactive’ et vise à deviner l’intensité aromatique, la dominante aromatique, le caractère aromatique, la finesse des arômes]

Commencez à cet instant à sentir une première fois votre verre et à essayer de découvrir ses arômes, sans toutefois plonger votre nez trop profondément au risque de vous brûler le nez avec l’odeur d’alcool. Il s’agit là des arômes de surface (ou arômes primaires), ce sont les plus légers : habituellement des odeurs florales ou de fruits. Respirez par saccades en alternant une narine, puis l’autre pour observer les différences de sensibilité.

Ensuite il est temps de faire travailler le rhum, de l’agiter afin de faire remonter à la surface les arômes qui se trouvent au fond du verre (les arômes secondaires). Pendant que vous faites bouger le rhum de manière circulaire, profitez en pour regarder les traces qu’il laisse sur les parois en retombant :  plus les trainées seront longues et lentes, plus le rhum aura de corps et de richesse. On appelle ces traces des larmes ou encore des jambes (en anglais on parle de ‘legs’) ; elles vous permettront de déterminer le corps de votre rhum.

Les rhums légers verront ces larmes tomber rapidement alors qu’avec un rhum plus lourd le processus prendra plus de temps et les larmes redescendront de manière plus lente et gracieuse.

Une fois que vous avez fait « travailler » votre rhum et qu’il est reposé il est temps de sentir à nouveau pour découvrir de nouveaux arômes : les arômes secondaires. Vous pouvez détecter entres autres des arômes : de bois, de fruits secs (noisettes), de miel, d’épices (cannelle, gingembre), de vanille, de coco, d’agrumes (orange, citron), …

 

Voici un tableau réalisé par l’ingénieur œnologue Richard Pfister, qui reprend les odeurs du vin basée sur les méthodes des grands parfumeurs :

Enfin vous y êtes, la partie la plus intéressante de la découverte : la dégustation elle-même !

 

Goutez-Le


[l’étape clé ‘gustative’ du rhum : pour analyser son aspect en bouche, c’est à dire déterminer son attaque, son équilibre, son évolution et sa longueur]

Le mieux est de commencer par faire couler une petite quantité de rhum (quelques gouttes) en bouche, et de faire glisser le liquide tout autour de votre bouche, comme si vous le mâchiez, pour vous empeigner du rhum et préparer votre palais. puis laisser le couler lentement sur votre langue.

Cette analyse gustative vise à déterminer :

l’attaque du rhum, qui est la première impression que vous laissera le liquide en bouche.
son milieu de bouche : les sensations qui suivent l’attaque ; soyez attentif à la densité du rhum, à sa texture au contact de la langue et du palais.

le final : c’est la dernière sensation perçue en bouche (il est bon à cet instant de pratiquer ce que l’on appelle la rétro-olfaction : inspirez une petite quantité d’air par la bouche et expulsez la par le nez).
la longueur enfin : c’est la persistance aromatique du rhum.

Après l’avoir avalé, laissez le goût du rhum se propager comme une traînée de poudre et appréciez le final et la longueur en bouche, qui restera probablement votre souvenir le plus marquant de la dégustation.

Le final est-il persistent? combien de temps? Qu’avez-vous senti ? des notes boisés, de la vanille, du caramel, des notes fruitées, épicées, du citron ou du tabac peut être ? Et comment décririez-vous ce rhum ? doux, sirupeux, sec, balancé, …

Si vous n’êtes pas sûr de vous, une seule solution : recommencer la dégustation

Mais sachez que chaque individu est différent et qu’il est quasiment impossible pour le commun des mortels d’identifier l’intégralité des arômes présent dans une bouteille. Les fiches produits des sites de vente en ligne, tout comme l’indication au dos des bouteilles sont simplement là pour vous donner des indications, pour vous aider dans la compréhension du rhum ; ce sont autant de pistes à explorer lors de plusieurs dégustations.

Chacun ira de sa propre expérience, de son humeur du moment, et certains trouveront plus d’arômes que d’autres, mais gardez à l’esprit que le plus important dans l’histoire est de passer un bon moment, et idéalement de partager et comparer sa propre expérience.

Et si pour vous l’alcool est trop prononcé, vous pouvez diluer votre rhum avec un trait d’eau (de l’eau minérale de préférence), cela cachera la note puissante d’alcool et vous pourrez déceler certains arômes plus aisément. Ou bien encore ajouter un glaçon si vous préférez. Bonnes dégustations…

 

 

 

LES PAYS PRODUCTEURS* DE RHUM

* liste non exhaustive

Le rhum est une eau-de-vie originaire des Amériques, produite à partir de la canne à sucre ou de sous-produits de l’industrie sucrière. Il est consommé blanc ou vieilli en fût (rhum vieux) ou épicé. Il prend alors une coloration ambrée plus ou moins foncée. En fonction de la matière première utilisée, il peut être appelé agricole ou industriel.

Histoire du Rhum...

 

Originaire d’Asie, la canne à sucre a été répandue par les Arabes au VIIIe siècle et introduite aux Amériques par les Espagnols en 1493 lors du second voyage de Christophe Colomb, à l’occasion de la première installation européenne en Amérique sur l’île d’Hispaniola. En France, les premières descriptions du processus de distillation de la canne et par là même du rhum sont celles du père Labat, un missionnaire dominicain français aux Antilles..

La première mention écrite de l’existence du rhum provient de l’île anglophone de la Barbade en 1688. Il semblerait que des « rhumeries » aient existé sur cette île depuis 1627.

Ses prétendues vertus médicinales en firent un composant obligatoire des rations à bord des navires de l’époque. Il fut donc d’abord réservé aux Noirs, aux boucaniers et autres écumeurs des mers du Nouveau Monde, le rhum a aussi été utilisé sur les côtes d’Afrique comme monnaie d’échange dans la traite des esclaves. À la fin du XVIIe siècle, les Français utilisent le mot « rhum » pour désigner l’alcool de canne. En tant que boisson, il ne se répand en Europe et en Amérique du Nord qu’au cours du XVIIIe siècle.

 

Méthode de production du Rhum...

 

Cet alcool issu de la canne à sucre ou de mélasses est produit par fermentation puis par distillation

Il se présente sous plusieurs déclinaisons reconnues en Europe par le Règlement 1576 de 1989 modifié en 2003.

Se distinguent au niveau du Taux de Non Alcool (TNA) deux catégories quel que soit leur mode de fabrication :

·         les rhums légers : avec un TNA inférieur à 60 g/HAP (hectolitre d’alcool pur)

·         les rhums traditionnels : avec un TNA supérieur à 225 g/HAP

Ces différences sont liées à une distinction franco-anglaise, ainsi par plusieurs repasses en alambic les anglais cherchaient un alcool le plus neutre possible pour leurs cocktails, tandis qu’au niveau français pour protéger les eaux-de-vie de vins sur le marché national (depuis la libéralisation du marché du rhum sur le territoire national en 1783) le rhum devait être facilement identifiable par dégustation, argument repris dans les définitions jusqu’alors.

Parmi les rhums traditionnels se distinguent, en Europe, trois catégories de rhum selon leur procédé de fabrication obtenu à partir :

·         d’un jus naturel ou vesou issu du broyage de la canne à sucre qui donne le rhum agricole, aussi appelé historiquement rhum z’habitant (la Martinique, une des îles productrices a obtenu l’AOC le 5 novembre 1996) ;

·         de mélasse, résidu de sucrerie après concentration du jus par chauffage et éliminations des impuretés) qui après fermentation donne soit :

·         par fermentation directe le rhum industriel également appelé rhum de sucrerie ou rhum industriel courant (RIC).

·         par fermentation en présence de vinasse le Rhum Grand Arome fabriqué qu’en Martinique (TNA > 500 g/HAP) et à la Jamaïque, et très récemment à la Réunion, employé en usage alimentaire à faible dose car très aromatique (pâtisserie…) sans être soumis à la législation sur les alcools.

Issu de deux matières premières distinctes, le rhum agricole et le rhum industriel sont donc différents organoleptiquement, leurs arômes étant liés à leur matière première.

Zone de production du Rhum...

 

Plusieurs départements français d’outre-mer produisent du rhum : la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane, la Réunion. Le rhum agricole de la Martinique bénéficie d’une appellation d’origine contrôlée et est reconnu comme un des rhums agricoles de grande qualité. Ils ne représentent par contre qu’une très faible partie de la production et de la consommation mondiale essentiellement faites de rhum de sucrerie (États-Unis, Inde, Venezuela, Cuba, etc.). La marque la plus connue de la Réunion est Rhum Charrette, et qui a aussi son appellation « Rhum Traditionnel de la Réunion » garantie d’un produit de terroir et reconnaissance d’un savoir-faire séculaire.

Les rhums distillés sur l’île de Cuba portent l’appellation « ron de Cuba », dont le Havana Club (Association entre le gouvernement cubain et Pernod Ricard) est le plus connu. La multinationale Bacardi a longtemps utilisé cette appellation à tort, puisqu’elle n’est plus cubaine depuis que Castro a nationalisé les compagnies étrangères à Cuba après sa révolution. Il est généralement un peu plus léger que les autres rhums (environ 40°).

 

 

Liste non exhaustive des régions et pays producteurs de rhums , les prix sont donnés à titre indicatif.

RHUMS D’AMÉRIQUE DU SUD

 

ARGENTINE

L’Argentine est un pays d’Amérique du Sud, qui s’étend dans la partie méridionale du continent, des Andes à l’océan Atlantique. Le Pays est limité au nord par la Bolivie et le Paraguay, à l’est par le Brésil, l’Uruguay et l’océan Atlantique, et à l’ouest par le Chili. Sa superficie est de 2.778.417 km2.

Le marché du rhum en argentine est récente de par la création de la marque Isla Ñ Rum. Travaillé en distillation a repasse, avec filtration au charbon, et maturation en fût de chêne français.

 

 

 

 

 

 

 

Isla ñ gold rum

 

22.09 €

BRESIL

Le Brésil étant l’un des plus gros exportateurs mondiaux de canne à sucre.

La cachaça est un rhum brésilien obtenu par fermentation du vesou, le jus de canne à sucre. Cet alcool est l’ingrédient de base du cocktail caïpirinha.

Alcool blanc paysan par excellence, il en existerait plus de 40 000 sortes dont 7 000 officielle, fabriquées par quelques grandes entreprises qui distribuent leur produit à l’étranger mais surtout par de très nombreuses « maisons » locales, écoulant leur stock au marché, parfois très local. Désignée aussi sous les noms d’aguardente (eau-de-vie) ou pinga (gnôle), elle peut s’appeler suivant les régions branquinha, birita, caninha, gas, óleo…

La cachaça est distillée à 40°, et immédiatement embouteillée, contrairement au rhum agricole, qui lui, est distillé à 65-75° et ramené aux degrés souhaités par adjonction d’eau de source [1]. À l’instar des rhums vieux, on trouve toutefois maintenant quelques cachaças vieillies en fûts (Pitú Gold, Ypióca Ouro…).

 

Les marques :

·         AGUA LUCA

 

Rhum Agua Lucas

La Cachaça est un rhum d’origine brésilienne obtenu grâce à la fermentation du jus de canne à sucre. Cet emblème national constitue la base de la composition d’un cocktail typiquement Brésilien : la Caïpirinha. Il sert également de base à de nombreux autres cocktails locaux tout aussi savoureux. Parmi les nombreuses marques de Cachaça, Agua Luca est réputée pour son positionnement premium.  

Un peu d'histoire

La qualité de la Cachaça Agua Luca repose sur une mise en fermentation qui a lieu dans les 24 heures qui suivent la coupe manuelle de la canne. La distillation respecte des traditions brésiliennes vieilles de plus de quatre siècles. Le jus ainsi obtenu est ensuite filtré une douzaine de fois, afin de le rendre encore plus pur et plus doux.

L’identité visuelle de la marque revendique fièrement ses origines brésiliennes, grâce à une imitation du drapeau brésilien comme signature de marque. Sa forme cylindrique lui est également tout à fait spécifique.

Une cachaça ultra-premium

La Cachaça Aqua Luca est idéale pour réaliser d’exquises Caïpirinhas. Les épices et les fruits exotiques se marient à merveille avec le citron vert. 

 

 

 

 

 

 

 

Agua Luca - Rhum blanc - Cachaça - 75cl - 40°

  

 

34,37 €


·         YPIOCA

 

Rhum Ypioca

La Cachaca Ypioca est le fruit de 4 générations de distillateurs de la famille Telles depuis 1846 quand Dario Telles de Menezes devint le propriétaire de la distillerie en 1846.


Ypioca est depuis le plus grand producteur de Cachaça de plantation au Brésil. La Cachaça est en réalité la version brésilienne du rhum agricole, produit à partir du pur jus de canne fraîchement broyée. C’est l’ingrédient incontournable dans la confection de la boisson nationale du Brésil : la Caïpirinha !

 

 

 

 

 

 

 

Ypioca - Rhum très vieux - Cachaca - 150 Años - 70cl - 39°

 

45,02 €


COLOMA

Elaboré par les meilleures Maestras Roneras Sandra Reategui et Judith Ramirez, El Ron Coloma a été rêvé puis développé sous les arbres centenaires de la belle Hacienda Coloma.

Coloma 8 ans, le trésor de Colombie

L'histoire de la famille Constain est intimement liée à l'histoire de l'Hacienda Coloma, la maison de campagne familiale construite à la fin de XIXème siècle à Fusagasugà, un village en plein cœur de la Colombie.

En 1959, le jeune entrepreneur Alberto Constain Médina tombe amoureux de la maison de campagne de son cousin, Jorge Médina. Intrépide, passionné d'histoire, de rhums et de whiskies, de vins et de café, Don Alberto Constain Médina achète la maison et décide de planter du café dans ses jardins. Il commence à vendre le café qui donnera le nom à l'Hacienda : Coloma.

Quelques années plus tard, Don Alberto est en vacances en France avec sa femme Malisa Cenzano. Suite à une dégustation dans un vignoble du sud de la France, il décide de créer la liqueur de café Coloma, reconnue à ce jour comme la meilleure en Colombie.

Produire un rhum en Colombie : mission impossible...

À l'époque le gouvernement colombien interdisait la distillation d'alcool et la production de rhums, mais passionné de spiritueux, Don Alberto se promet qu'un jour il fera du rhum, distillé des meil­leurs jus de canne, et vieilli a l'Hacienda Coloma.

Ces restrictions obligent Don Alberto à s'exiler en Equateur pour ouvrir en 1989 la première distillerie de rhum et d'alcools d'Equateur, hélas quelques années avant l'une des plus grandes crises sociales et économiques de l'histoire de l'Equateur.

Pour faire face à la crise, Don Alberto est obligé de vendre la distil­lerie en pièces détachées, et de rentrer en Colombie. Don Alberto passe ses dernières années avec sa famille à l'Hacienda Coloma, et reçoit plusieurs décorations pour sa carrière, qu'il considère incomplète pour ne pas avoir réussi à distiller et à faire vieillir un rhum Colombien.

Coloma : l'héritage d'un père

Quelques années après le décès de Don Alberto en 2005, le gou­vernement colombien assouplit les règles de son monopole sur la production de spiritueux et permet à quelques entreprises privées de bonne facture, de produire des spiritueux. À ce moment, Alber­to Constain Cenzano, fils de Don Alberto, crée la première liqueur de café premium colombienne en compagnie de deux Maestras Roneras et commence le développement du Ron Coloma, un rhum premium et de typicité décidément colombienne.

 

 

Coloma 8 ans 40%

 

36,00 €


·         DE CALDAS

 

 

Rhum De Caldas

Ron Viejo de Caldas 37.5° 70 CL

 

25,00 €


·         DICTADOR

 

Rhum Dictador 

 

Cette distillerie colombienne marie à la perfection la tradition du vieillissement de ses rhums et le design très chic et contemporain de ses bouteilles.

Rhum Dictador 20 ans

 

72,00 €

Rhum Dictador 12 ans

 

48,00 €


·         HECHICERA

 

Rhum La Hechicera

La Hechicera

 


59,00 €


 

·         MEDELLIN

 

Rhum Medellin 

Le Ron Medellin numéro 1 des ventes en Colombie, jouit d'une très bonne notoriété grâce à son raffinement, sobriété et sa qualité.Bas du formulaire

 

Rhum Medellin 12 ans

 

39,50 €


EQUATEUR

L’Équateur, en forme longue la République d’Équateur ou la République de l’Équateur, en espagnol Ecuador et República del Ecuador, est un pays d’Amérique du Sud, frontalier du Pérou au sud et à l’est et de la Colombie au nord et à l’est, baigné à l’ouest par l’océan Pacifique. Ses habitants sont les Équatoriens. Sa superficie est de 283 520 km, partagée en trois grandes régions : la côte du Pacifique, où se trouve la principale ville du pays (Guayaquil), la partie andine du pays, où se trouve la capitale Quito, et l’Amazonie équatorienne, dans l’est du pays

Les rhums de l’Equateur sont produits essentiellement à base de mélasse de canne à sucre.

Les marques :

·         COTOPAXI

 

Rhum Cotopaxi

 

Cotopaxi est une marque de rhum traditionnelle de l’Équateur.

Cotopaxi 14 ans

89,00 €

Cotopaxi 13 ans Single Barrel

 

73,00 €


·         PINCHICHA

 

 

Rhum Pichincha

Pichincha 15 ans cask palo cortado

 

98,00 €

Pichincha 14 ans cask pedro ximenez

 

 

69,00 €


GUYANA

Guyana signifie « terre d’eaux abondantes » dans la langue arawak. Le pays est caractérisé par ses vastes forêts tropicales disséquées par les nombreux fleuves, criques et chutes d’eau, notamment les chutes de Kaieteur sur le fleuve Potaro.

Le Guyana cultive la canne à sucre depuis le XVI siècle et produit du rhum depuis les XVII et XVIII siècles. La région de la rivière Demerara offre des terres très propices à la production de canne à sucre. La qualité des rhums dits Demerara a depuis fait le tour du monde et même si des rhums produits ailleurs qu’en Guyana.

Les marques :

 

·         BLACK TÔT

 

Rhum Black Tot

 

Voici un rhum riche d’une histoire vieille de plus de 300 ans, un rhum qui aura marqué les esprits des marins de la Royal Navy de 1689 à 1970, année qui marquera la fin d’une habitude pour le moins surprenante : on avait en effet l’habitude durant toute cette période de donner quotidiennement aux marins une ration de rhum sur les navires. En 2010, soit 40 années après la fin de cette coutume, Specialty Drinks (un spécialiste des vieux alcools basé à Londres) a retrouvé les derniers stocks de ce mythique rhum qu’elle décide commercialiser sous le nom de Black Tot, the Last Consignment…

BLACK TOT Royal Naval 54,3%

 

869,00 €


·         BULLION

 

 

Rhum Bullion

Rum Bullion

 

 

32.00 €


·         EL DORADO

 

Rhum El Dorado 

 

S'initier aux rhums El Dorado, c'est découvrir le meilleur du rhum Demerara et gouter à la tradition du rhum (rum) de style britannique.

Rhum El Dorado 15 ans

 

65,50 €

Rhum El Dorado 21 ans

 

117,00 €

Rhum El Dorado 12 ans

 

53,50 €


·         LEMON HART

 

Rhum Lemon Hart

On entend souvent parler de Demerara Rum, et pourtant peu de bouteilles portent ce nom, et pour cause : Le Demerara Rum ou Rhum du Demerara, tire son nom de la rivière du Demerara située au Guyana (ex Guyane Britannique).

La région du Demerara était (avec la Jamaïque), le principal pourvoyeur de sucre et de rhum de la couronne britannique. La région était si favorable à la culture de la canne, et les volumes produits étaient si importants, que le sucre de Demerara devint le sucre des anglais. Et de nos jours les anglais désignent toujours le sucre roux par « Demerara Sugar » (même s’il ne provient plus du Demerara). Des distilleries sont rapidement apparues à côté de chaque moulin à sucre. Ces dernières avaient comme fonction de valoriser les mélasses (sucres non-cristallisables, sous-produits de la production du sucre), qui étaient transformées en rhum pour être donné aux esclaves, pour servir de monnaie d’échange dans le triste commerce triangulaire, ou encore pour être vendu à la Royal Navy. C’est ainsi que toutes ces distilleries produisaient l’essentiel du rhum britannique, notamment destiné à fournir aux marins de sa majesté leur Tot (ration) quotidien.

En 1975, onze ans après l’indépendance du Guyana, pour des raisons politiques, toutes les distilleries du Demerara furent nationalisées et fermées pour être regroupées principalement dans une seule : la Diamond Distillery.

 

Quelques rhums du Demerara

Vous trouverez ci-dessous une liste non exhaustive de rhums qui utilisent du rhum Demerara ; certains portent le nom de l’alambic dont ils sont issus. L’un des plus célèbres étant « Port Mourant », un pot-still en bois, qui sert à faire le El Dorado 8, 12, 15 et 25 ans, ainsi qu’un rhum pour Vellier et un autre pour Berry Bros. L’alambic Enmore est également très célèbre. C’est le dernier Coffey still en bois toujours en état de marche au monde. Le distillat de Enmore est également utilisé dans toute la gamme des El Dorado, ainsi que pour le rhum de Vellier du même nom.

Plusieurs rhums sont labellisés Demerara, certains depuis plus de 150 ans.
Les marques ci-dessous le proclament sur leurs étiquettes :

El Dorado
OVD (importé en Écosse en 1838 par George Morton)
Wood’s Old Navy
Lambs Navy (ils n’utilisent plus le terme Demerara sur leur nouvelle bouteille)
Watsons
Lemon Heart
Skipper

 

 

Lemon Hart 151

 

32,20€ 


·         PYRAT

 

Rhum Pyrat

Pyrat XO Reserve est un assemblage de 9 rhums des Caraïbes, vieillis jusqu'à 15 ans en fûts de chêne français et américains.

Notes d'abricot confit, de vanille, de caramel et de cannelle.

Rhum très doux et très agréable à boire.

Chaque bouteille est numérotée et décorée d'un "Hoti" qui représente le saint patron des bartenders.

Pyrat XO est présenté dans un magnifique écrin en bois en forme de lanterne.

Un très beau cadeau à offrir.

 

70 cl - 40°

Pyrat XO Reserve

 

 

55.00 €


·         XM

 

Rhum XM

 

Les rhums XM sont produits au sein de la distillerie Guyanaise Demerara Distillers et ce depuis plus de 60 ans.

XM 7 Ans

28,90 €

XM 12 Ans

36,90 €

XM 15 Ans

 

43,90 €

XM 10 Ans

32,90 €


GUYANE FRANÇAISE

Le rhum de Guyane fait partie de ces institutions culturelles liées à la culture créole guyanaise profonde, depuis les premières plantations de canne à sucre. En 1930, 17 distilleries sont implantées en Guyane. Dans les années 80, Jean MARSOLLE en provenance de la Guadeloupe relance la production de Rhum dans la région de Saint-Laurent-du-Maroni. Aujourd’hui sur ce département, une seule distillerie produit du rhum agricole.

Il n’en reste plus qu’une en 1990, la distillerie Saint-Maurice, ou distillerie Prévot, située à proximité de Saint-Laurent-du-Maroni. De nos jours on en compte une demi-douzaine

Les marques :

 

 

·         LA BELLE CABRESSE

 

Rhum La Belle Cabresse

 

 

La distillerie Saint-Maurice est en activité depuis 1917, il s'agit de l'un des dernières distilleries en activité dans le département.

La Belle Cabresse Bag In Box 2L 50°

47.60 €

La Belle Cabresse 1L


32.00 €


·         OR BLANC

Rhum Or Blanc

 

La distillerie Saint Maurice, créée en 1980, est désormais la seule distillerie en Guyane. C’est là, qu’est distillé l’Or blanc de Guyane. Savamment travaillé et embouteillé par Délices de Guyane, ce rhum agricole blanc, produit par fermentation et distillation du jus de canne à sucre locale fraîchement pressée, a des notes florales et fruitées. Doté d’une intensité aromatique remarquable, il vous emmène à la découverte des saveurs qu’il tire de son terroir, dont le nom signifie «Terre d'eaux abondantes». C’est une base idéale pour réussir des cocktails subtils, ou en Ti ’punchs, comme on le préfère en Guyane.

Délices de Guyane - or blanc, rhum blanc agricole 50cl 50° 

 

 

25,49 € 


·         TOUCAN

 

Rhum Toucan

Depuis, 1913, la Rhumerie Saint Maurice, la seule distillerie de Guyane fabrique le rhum Toucan, un rhum Agricole d'exception. Le Toucan est l'emblème de la Guyane

La distillerie est située sur les berges du fleuve Maroni, proche de l'Equateur, sous un climat chaud et humide. La terre, légère et sableuse est propice à la culture de la canne.

Le processus de fabrication est immuable à la Rhumerie Saint Maurice depuis sa création :

- la canne est sélectionnée, coupée et traitée dans les 36 h


- fermentation maîtrisée du "vesou" (pur jus de canne) pour obtenir un nectar d'arômes et de saveurs uniques


- enfin une longue maturation qui permet de magnifier les qualités du rhum Toucan

 

 

Rhum TOUCAN Boco 40°

 

41.00 €

Toucan Blanc 50°

 

33.00 €

Rhum TOUCAN Vaniliane 45°

 

39.00 €


PARAGUAY

Le Paraguay est entouré par le Brésil, la Bolivie et l’Argentine, le Paraguay occupe une superficie de 406 752 km2, sa population est estimée à 6 459 058 habitants en 2011, sans compter une diaspora de centaines de milliers de paraguayens, notamment en Argentine, où ils ont souvent fait souche. Sa capitale est Asunción.

Au Paraguay la culture de la canne à sucre, autrefois florissante, à tendance à vite disparaître, la canne étant un produit très dur physiquement à cultiver et assez peu rentable.

Les marques :

 

·         FORTIN

 

Rhum Fortin

Entouré par le Brésil, la Bolivie et l’Argentine, le Paraguay est un petit pays d’Amérique Latine, le seul n’ayant pas d’accès à la mer.

Son climat chaud et très humide en fait un excellent terroir pour la canne à sucre, comme pour de nombreuses autres variétés de plantes et d’arbres. C’est dans le département de Cordillera, un pays de collines bénéficiant d’un climat agréable, que se trouve la petite ville de Piribebuy. Javier Diaz de Vivar a choisi de s’y installer en 1993 pour y créer une exploitation de canne à sucre. En quelques années, son entreprise est devenue le principal producteur de sucre de canne, apprécié pour ses grandes qualités. Le jus sucré sert également à élaborer du rhum, selon une méthode d’ailleurs originale : il est en effet concentré sous l’effet de la chaleur dans des évaporateurs métalliques, donnant une sorte de miel qui est ensuite mis à fermenter et sera ensuite distillé dans un alambic à colonne. C’est sans doute cette technique peu courante qui donne au rhum un caractère puissant. Fort de remarquables notes florales et herbacées, sensibles tout particulièrement dans le 3 ans d’âge. L’eau-de-vie distillée sera ensuite vieillie en fûts de chêne, puis commercialisée en version 3 ans d’âge (Ripen) et 8 ans d’âge (Black Label).

 

 

Fortin - Rhum vieux - 3 ans - Réserve Spéciale - 70cl - 40°

 

 

28.94 € TTC 

Fortin - Rhum hors d'âge - 8 ans - Réserve Spéciale - 70cl - 40°

 

 

42.84 € TTC 


·         PAPAGAYO

 

Rhum Papagayo

PAPAGAYO est le premier rhum écologique du monde procédant à une plantation unique dans le coeur du Paraguay.

Papagayo Rhum Ecologique se produit dans un aire qui remonte au Paraguay, un pays au coeur de l'Amérique du Sud frontalier avec l'Argentine, le Brésil et la Bolivie.

En 1933 c'est une région traditionnelle et non développée appelée Arroyo et Esteros, 60 mille au nord d'Asunción, la capitale du Paraguay, Eduardo Felippo a commencé le projet de la production écologique. L'objectif était d'aider les agriculteurs de canne à sucre mal payés, 1000 dans la zone, lesquels produisaient des petites quantités de canne et souffraient de mauvaise qualité de vie.

De nos jours, plus de 800 de ces familles produisent de la canne à sucre écologique et obtiennent un double bénéfice : les agriculteurs reçoivent un prix significativement supérieur pour sa canne et son environnement ne se trouve pas altéré par les méthodes de l'agriculture écologique. De plus, les agriculteurs reçoivent une éducation sur la production, l'élaboration et les transports avec les fonds envoyés par l’International Trade Fair Association.

Le processus : la canne à sucre écologique est expérimentée et le sirop extrait de la fermentation. La fermentation dure 36 heures jusqu'à ce que le sirop atteigne les niveaux idéaux de pureté. Le sirop pur fermente depuis la distillation du rhum en alambiques traditionnels qui est après filtré et placé dans des barils vieillis et spéciaux où le goût distinctif écologique atteint sa perfection. Pour la consommation, le Rhum Écologique commence son long voyage, d'abord dans des voitures vers le port et après pour été commercialisé sur les marchés du monde.

Le rhum Ecologique Papagayo est le premier Rhum Ecologique du monde.  C'est un rhum d'une même composition, c'est un produit mélangé de plusieurs pays comme il arrive dans d'autres rhums beaucoup plus connus. C'est un rhum à savourer avec des rafraîchissements ou encore mieux avec des jus naturels de fruits.

Papagayo Rhum ambré, 700 ml 40%

 

39 €


PEROU

Le Pérou est un pays situé dans l’Ouest de l’Amérique du Sud. Entouré par l’Équateur, la Colombie, le Brésil, la Bolivie, le Chili et l’océan Pacifique, il est le troisième plus grand pays du sous-continent par sa superficie : 1 285 220 km2.

Au Pérou, la canne à sucre pousse surtout au nord qui bénéficie d’un climat tropical propice à la culture de la canne à sucre, dans la région de Trujillo, et c’est là qu’est située une hacienda importante.
Le rhum offrant de nouveaux débouchés aux producteurs, ici comme ailleurs des distilleries ont vu le jour, produisant une variété de rhums dont certains sont considérés comme étant parmi les meilleurs rhums du marché.

Les marques :

 

 

·         CARTAVIO

 

Rhum Cartavio

Cartavio a été créé en 1929, au Pérou, et considéré comme l’un des meilleurs rhum au monde.

 

Etonnant par sa technique de vieillissement, empruntée de l’espagnol, le Solera qui marie les jeunes rhums aux anciens par un système en cascade mais aussi les affinages en futs de chêne de Slovenie, Sherry ou encore des fûts de bourbon ! A découvrir absolument.

Cartavio Xo

121,39 €

Cartavio 7 Ans

32,10 €

Cartavio 12 Ans

 

47,15 €

Cartavio 5 Ans

31,09 €


·         MILLONARIO

 

Rhum Millonario 

 

Bien que cette distillerie située au Pérou date de plus d'un siècle, c'est en 2008 et 2009 que ses rhums obtiennent de prestigieuses récompenses internationales. Le Ron Millonario utilise les mélasses de canne à sucre qui seront distillées dans de très anciens alambics à colonne d'origine écossaise.Bas du formulaire

Rhum Millonario solera 15

 

50,00 €

Rhum Millonario XO

 

96,00 €


SURINAME

Le Suriname ou Surinam pays d’Amérique du Sud. Il est situé dans le nord-est du continent, sur le littoral de l’océan Atlantique, au cœur du plateau des Guyanes. Ses voisins sont le Guyana à l’ouest, le Brésil au sud et la Guyane française à l’est, et sa capitale est Paramaribo. Le pays doit son nom à son principal cours d’eau, le fleuve Suriname.

La production de rhum au Surinam remonte au 17ème siècle. Les rhums surinamiens les plus connus sont principalement les marques Borgoe ’82, Black Cat Rum et Marienburg.

La production d’alcool au Surinam est principalement du ressort de la distillerie Suriname Alcoholic Beverages (SAB) créé le 17 novembre 1966

Les marques :

·         BORGOE

 

 

Rhum Borgoe

Rhum Borgoe 8 Ans Grand Reserve

 

 

44,30


VENEZUELA

Le Venezuela, où existe de longue date une importante industrie sucrière, est aussi un gros producteur de rhum depuis les débuts du 18ème siècle au moins. La production artisanale y a toujours été importante.

C’est l’un des rares pays à avoir instauré en 1938 et 1954 une législation spécifique, différenciant la simple aguardiente de cana (eau-de-vie de canne), de consommation locale, du véritable “Ron” (le rhum) qui, notamment, doit avoir vieilli au moins deux ans. Il est vrai que, auparavant, certains producteurs commercialisaient des rhums « vieux » sortant de l’alambic après coloration au caramel. Cette législation a favorisé la concentration industrielle des producteurs de rhum, d’autant que les groupes internationaux s’y sont intéressés de près. Ainsi, le rhum Pampero, créé en 1938, a été par la suite acquis par Diageo, le leader mondial des spiritueux. Le groupe Seagram, pour sa part, a joué un rôle important en ce sens, en soutenant à la fin des années 50 un producteur de spiritueux basé à Lamiel, Licorerias Unidas. Avec son rhum Cacique, la société a acquis une forte notoriété internationale. Au début des années 2000, après sa reprise par Diageo et Pernod-Ricard, Seagram n’a plus souhaité être producteur, et la société a été revendue à des investisseurs vénézuéliens, formant une société appelée Destilerias Unidas. Celle-ci a depuis développé une nouvelle gamme sous le nom de Diplomatico, à forte vocation internationale.
Parmi les indépendants, Santa Teresa (une des plus ancienne du pays) est aussi l’une des distilleries les plus intéressantes, à la tête de stocks de vieux rhums impressionnants qui lui permettent de réaliser des assemblages d’une rare complexité. Elle utilise même le principe de la Solera (emprunté au xérès) pour un rhum étonnant, le 1796.
Il faut citer aussi Santa Ana, Marvilloso, Habanero, El Carupano, Montero, Brunetti, etc… des rhums forts et très aromatiques, vendus surtout localement.
Enfin, grâce à son industrie sucrière importante, le Venezuela est un important fournisseur de mélasses, notamment pour les distilleries des Caraïbes où les sucreries disparaissent les unes après les autres;

Les marques :

·         CACIQUE

 

 

Rhum Cacique
La marque de rhum Cacique est fabriquée par Licorerías Unidas, au Venezuela depuis 1959

Rhum cacique 70 cl. 37,5º

Haut du formulaire

 

17,86 €


·         CARACAS CLUB

 

Rhum Caracas Club

 

Ce rhum Caracas Club est le résultat d'un assemblage de vieux rhums élevés en fût de chêne américain de 7 ans minimum. Il a été assemblé dans le but de créer un rhum unique aux arômes puissants et avec une longueur en bouche exceptionnelle.

Rhum CARACAS CLUB 70 cl 40°

 

 

28,20 €


·         DIPLOMATICO

 

Rhum Diplomatico 

 

La gamme de rhum Diplomatico, produit au Venezuela, s'enrichit chaque année de nouvelles bouteilles. Aujourd'hui, le rhum Diplomatico recouvre quatre rhums différents : le rhum Diplomatico blanco (nouveauté 2012), le rhum Diplomatico Reserva, le rhum Diplomatico Reserva Exclusiva et le rhum Diplomatico Ambassador (en coffret bois). Pour offrir un cadeau, découvrez également deux coffrets rhums : le coffret rhum Diplomatico 12 ans avec ses deux verres et le coffret Mini rhum Diplomatico en 35cl. Nous vous souhaitons une belle découverte du rhum Diplomatico !

Rhum Diplomatico Reserva Exclusiva 12 ans

 

41,00 €

Coffret rhum Diplomatico 12 ans

 

50,00 €

Diplomatico liqueur de rhum

 

33,50 €

Diplomatico Reserva Exclusiva 12 ans

 

41,00€

Rhum Diplomatico single vintage 2002

 

92,00 €

Rhum Diplomatico Mantuano

 

33,00 €

Rhum Diplomatico Ambassador

 

209,00 €

Diplomatico Reserva Exclusiva

 

39,00 €


·         OCUMARE

 

Rhum Ocumare

 

Située au nord du Venezuela dans la ville éponyme, la distillerie Ocumare possède une très belle hacienda produisant une partie des cannes à sucre destinées à la distillerie et embouteille également le ron Pampero. Le ron Ocumare est quant à lui issu des meilleures récoltes de cannes et vieilli directement au sein de l’hacienda. Sa particularité est d'avoir été réduit à l'eau de source cristalline et de contenir du jus de canne vieilli ainsi qu’une touche de graines de guarana récoltées dans la forêt amazonienne (baie naturellement riche en caféine).

OCUMARE 12 ans Golden Reserve 40%

 

48,00 €


Rhum Pampero

 

Fondé en 1938, Pampero est une distillerie implanté au Venezuela.

Pampero - Rhum vieux - Anniversario - 70cl - 40°

 

 

36.89 € 

Pampero - Rhum ambré - Anejo Especial - 70cl - 40°

 

 

29.93 € 

Pampero - Rhum blanc - Anejo Blanco - 70cl - 37,5°

 

 

26.67 € TTC