La guerre du Donbass est un conflit armé en cours ayant débuté en 2014 lors de la crise ukrainienne et se déroulant au sud-est de l'Ukraine.

La révolution ukrainienne de février 2014 entraîne la destitution du gouvernement de Viktor Ianoukovytch et l'arrivée au pouvoir d'un gouvernement intérimaire dirigé par les pro-européens Oleksandr Tourtchynov (le 22 février 2014) et Arseni Iatseniouk (nommé Premier ministre le 27 février).

Dès le 23 février, des manifestations pro-russes éclatent dans les villes de Donetsk, Kramatorsk, Louhansk, Marioupol et Sloviansk (région du Donbass), à Odessa (au sud-ouest de l'Ukraine), à Kharkiv, la seconde plus grande ville d’Ukraine (à l'est) et sur la presqu’île de Crimée (au sud). Le 26 février, débute la crise de Crimée qui aboutit au référendum local du 16 mars 2014 sur le rattachement de la Crimée à la Russie.

Au début d'avril 2014, les manifestations « antimaïdans » évoluent dans la région du Donbass et dans ses régions limitrophes en une insurrection armée séparatiste. Cette insurrection pro-russe contre le gouvernement central par intérim de Kiev proclame la création de la République populaire de Donetsk (7 avril), puis la République populaire de Lougansk (11 mai)

Dès le 2 mai 2014, l'armée ukrainienne intervient dans l'est du pays. Elle y progresse en juin et juillet avant d'être stoppée, puis de finalement reculer face aux séparatistes. La Russie, pays frontalier est suspectée par l'OTAN de soutenir militairement les insurgés.

Le 5 septembre 2014, un premier accord de Minsk est négocié et signé pour faire cesser la guerre civile du Donbass. Toutefois, ce plan de paix qui établit un cessez-le-feu et de nouvelles frontières entre armée loyaliste et armée séparatiste, ne perdure que quelques semaines.

 

En janvier 2015, les combats s'intensifient et l'armée séparatiste progresse. Les 6 et 11 février, François Hollande et Angela Merkel se déplacent en Russie et en Ukraine pour négocier un nouveau plan de paix bâti dans le cadre d'un règlement global. Le 12 février 2015, ils signent à Minsk, en présence de Petro Porochenko et Vladimir Poutine, un nouvel accord de cessez-le-feu prévoyant l'arrêt des combats et la reconnaissance par Kiev d'un statut particulier au Donbass.

  • Présentation du conflit
  • Le conflit au jour le jour